Le Forum UDE - L'Essentiel de Football Manager, de Championship Manager et de l'Actu Football
Apparence du forum :

Ligue1, Le classement UDE Angers SCO AS Monaco AS Saint-Etienne En Avant De Guingamp Troyes Aube Champagne Football FC Lorient Bretagne Sud FC Nantes Atlantique GFC Ajaccio Girondins De Bordeaux Lille OSC Montpellier Herault SC OGC Nice Olympique Marseille Olympique Lyonnais Paris Saint Germain FC SC Bastia Stade Malherbe Caen Stade De Reims Stade Rennais Toulouse Football Club
Ligue2, Le classement UDE AC Ajaccio AJ Auxerre AS Nancy Lorraine Niort Clermont Foot Auvergne Dijon Football Cote D'Or Evian Thonon Gaillard FBBP01 FC Metz FC Sochaux Montbelliard Le Havre AC Paris FC Racing Club De Lens Red Star FC Stade Brestois Stade Lavallois FC Tours US_Creteil Valenciennes FC Nimes Olympique

Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?



Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: [Foot Revival] 1981, l'épopée jaune et bleue  (Lu 7637 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Sochalyon
Tchao Jean-Guy, et merci!
Légendaire
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5595


Comtois rends toi, nenni ma foi!


WWW
« le: 11 Janvier 2011 à 15:08:09 »

L’autre jour, visite chez mes parents.

Mon père, grand supporter Sochalien devant l’Eternel, me demande de le suivre. Il veut me « montrer quelque chose ».

Précieusement déroulé sur la table, un poster tiré d’Onze Mondial. Forcément, un poster de Sochaux. Mais pas n’importe lequel : celui de l’équipe de 1981, demi-finaliste de la coupe d’Europe UEFA, la plus grande performance du club jaune et bleu dans une histoire pourtant bien remplie.
Et voilà, comme souvenir, ce poster, dédicacé par les héros d’une folle épopée: Albert Rust, jean-Luc Ruty, Zvonko Ivezic, Adel Djaadaoui, Moussa Bezaz, Eric Benoit, Bernard Genghini, Yannick Stopyra, Patrick Revelli, Philippe Anziani, Salih Durkalic, Patrick Jeskowiak, Jean-Pierre Posca, Zandona, Thierry Meyer, le jeune Jacky Colin.

Une pièce de collection, offerte par un collègue de boulot de mon père. Un geste très apprécié.

Mais soudain arrive ma nièce, neuf ans. Elle voit ce poster que tient son grand-père. Les yeux de celui-ci brillent. Son tonton lui aussi regarde ce bout de papier comme la plus précieuse des reliques.


«  C’est quoi ce poster ? »


Un coup d’œil vers mon père. Le regard fier, sérieux, comme investi d’une mission, il lui explique que c’est l’équipe de Sochaux de quand il était jeune. A l’époque où il avait encore des cheveux. Des bons gars qui ont fait rêver la France pendant une saison. Demi-finale de Coupe d’Europe avec 15 pros, ce n’est pas rien !

C’est pas vrai Papi, Sochaux ils sont nuls ! Y a que Lyon qui peut faire ça ! Ah jeunesse...

Voilà, le prétexte est trouvé : on a passé du temps à reparler de cette génération et de celle qui suivit. On a déterré les vieux bouquins l’année du foot. On a même déniché quelques vidéos. Parler de ce club n’est jamais une corvée et toujours un plaisir.

Je l’ai fait pour ma nièce et je me suis dit : pourquoi ne pas écrire quelques lignes sur cette épopée qui scella le lien indéfectible entre mon père et ce club ? Et in fine, a aussi fait de moi ce que je suis ?

Revenons aux fondements : si Sochaux se lance cette année-là dans une folle épopée, c’est que l’année précédente a été une belle réussite sportive au niveau national…
« Dernière édition: 13 Janvier 2011 à 02:39:25 par Sochalyon » Journalisée

Sochalyon
Tchao Jean-Guy, et merci!
Légendaire
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5595


Comtois rends toi, nenni ma foi!


WWW
« Répondre #1 le: 12 Janvier 2011 à 20:01:19 »

Le championnat de France 1980, ou le premier exploit manqué...

En cette saison 1979-1980, le FCSM est loin d'être cité dans les équipes favorites du championnat. Le club a fini neuvième la saison précédente et rien ne semble lui promettre un avenir plus doré. Son mélange de petits jeunes du centre de formation en plein devenir et de joueurs d'expérience ne semble pas constituer un coktail suffisament explosif pour contrarier les cadors de l'équipe.

 Qui sont-ils?
Le champion sortant, Strasbourg n'est pas vraiment considéré comme un candidat redoutable à sa propre succession: c'était une surprise que de voir l'équipe des Dropsy, DOmenech (!), Duguépéroux ou Specht remporter le titre en 1979 et personne ne les voit sérieusement réussir de nouveau l'exploit.
Non, deux favoris se détachent clairement, les deux grandes équipes de ces années-là.

D'abord, le mythique Saint-Etienne, 3ème la saison précédente et qui avance des noms qui font rêver, Platini et Rep pour ne citer qu'eux. Saint-Etienne demeure à cette époque la référence absolue en France!
Ensuite, le FC Nantes. Leurs têtes d'affiche: le gardien Bertrand-Debannes, le stoppeur Bossis, le buteur Pecout ou encore Ayache ou Amisse. Du sérieux et du jeu.

Sans surprise, ces deux équipes vont faire la course en tête.
Mais ce qui n'était pas attendu, c'est de voir un troisième larron se joindre à la fête: le FCSM. Car il faudra attendre longtemps pour les voir surgir à l'orée du bois.

Après un début de saison poussif poncuté de 3 défaites et 3 victoires, et un milieu de tableau comme récompense, le club va en effet remonter petit à petit la pente, sans cependant faire des étincelles: au soir d'une défaite contre Lyon lors de la 14ème journée, le club pointe à satisfaisante 6ème place.
Le FCSM va alors enchainer 6 matchs consécutifs sans défaite, dont une mythique victoire 7-0 contre Brest. Le gain au classement reste restreint, puisque club n'est que 4ème, mais a effectué un large rapproché et se retrouve à la surprise générale à la lutte avec les deux grands et l'AS Monaco.

Et tout s'accélère.Des victoires probantes (un 4-0 contre les Verts, même score pour Angers,...)
Au soir d'un déplacement victorieux à Nice le 2 avril, Sochaux est en tête de la ligue 1. Et cela ne rigole plus.
Car le club confirme la semaine suivante en battant Lyon. Il reste 6 journées. Et si, et si...

Hélas lors de la journée suivante, un nul concédé à Metz permet à Nantes de repasser devant. Les deux clubs se suivent, Saint-Etienne est intercalé: le suspense est à son comble.
Une victoire contre Lille, un nul à Marseille. A la veille de la 36ème journée, Sochaux et Nantes sont à égalité, Nantes dominant à la différence de buts.
Et que nous offre cette journée? Un délicieux Nantes-Sochaux!

Les canaris domineront de justesse les Lionceau 3-2, buts d'Anziani et Genghini. Sochaux a laissé passer sa chance et gagnera ses deux derniers matchs pour l'honneur, Nantes ne commettant pas de faux pas.

Au final, Nantes finit premier avec 57 points (+46), devant Sochaux 54(+41) et Saint-Etienne (+23).
A noter qu'en COupe de France, Sochaux s'inclinera aux pénalties contre le futur vainqueur et 4ème du championnat, Monaco.

Les supporters jaunes et bleus peuvent avoir un sentiment mitigé: une belle équipe leur est apparue... mais le coche a été raté de si peu!

Ils ne se doutent pas une seconde la saison qu'ils vont vivre dès l'année suivante...
Journalisée

Sochalyon
Tchao Jean-Guy, et merci!
Légendaire
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5595


Comtois rends toi, nenni ma foi!


WWW
« Répondre #2 le: 24 Janvier 2011 à 20:02:44 »

Qualifiés pour la coupe de l’UEFA via leur 2ème place (nous sommes encore à une époque où seul le champion en titre a le droit de participer à l’ancêtre de la ligue des champions), les Sochaliens ne vont pas avoir la folie des grandeurs et repartiront sur les bases de l’effectif de la saison précédente, savant mélange de joueurs expérimentés et de jeunes pousses prometteuses.


Comme gardien, Albert Rust (en haut,deuxième à droite). Formé au club, présent depuis 1972, c’est déjà un mythe au club. Il a notamment réussi à survivre une difficile concurrence avec Joël Bats, autre pur produit du centre de formation.

Stoppeur, Abdel Djaadaoui (en haut, deuxième à gauche, capitaine). Franco-Algérien formé à Rouen, au club depuis 1972 : là aussi un garçon d’expérience et fidèle.

Stoppeur Jean-Luc Ruty( en haut, 3ème à droite). 21 ans à l’époque, international espoir. Un « pur sucre » : jurassien, formé au club !

Latéral Jean-Pierre Posca (en bas, second à droite). Un des anciens (29 ans). Joueur de devoir, issu du centre, il n’a jamais quitté ce club. Et quelle allure !

Latéral, Moussa Bezaz (en bas au centre). Lui aussi formé au club, ex international espoir. Il a 24 ans au moment de l’épopée.

Milieu Zvonko Ivezic (en haut, tout à droite). Yougoslave. Joueur d’expérience âgé de 32 ans au moment de l’épopée. Est arrivé 5 ans auparavant.

Bernard Genghini (en haut,3ème à gauche) : formé au club, il n’est à l’époque encore qu’un bon espoir au niveau français, avant de connaître la carrière qu’on lui connaît. Milieu offensif et tireur de coup-franc. Un pur talent.

Yannick Stopyra (en bas, deuxième à gauche) : Révélation de la saison précédente avec ses 14 buts à seulement 19 ans, il est l’immense espoir offensif du club.

Patrick Revelli (en bas, 1er à gauche) : le gaulois, le moustachu. L’homme d’expérience, le meneur. Révélé à Saint-Etienne, il est au club depuis deux saisons.

Philippe Anziani (en haut, premier à gauche) : 19 ans, buteur. Un autre grand espoir du club. Il connaitra cette saison la sélection espoir.

Eric Benoit : on fait difficilement plus sochalien que lui puisqu’il est né à Montbéliard et a été formé au club. Incontournable à son poste au milieu de terrain.


Patrick Jeskowiak : Trois ans simplement à Sochaux pour cet ailier, mais quelles saisons !

Romain Zandona, latéral. Lui aussi issu du centre, il est le remplaçant attitré mais aura l’occasion de briller !

Salih Durkalic : l’autre yougoslave. Attaquant, déjà trentenaire. Ce sera sa dernière saison avec le club ( il n’est resté que deux ans).

Jacky Colin, Milieu 17 ans. Rien ne le destinait à participer à cette épopée. Et pourtant…
 
Ils ne le savent pas, en ce mois d’août 1980, alors qu’ils ne connaissent pas encore leur adversaire, mais ils vont écrire la plus belle page de l’histoire du FCSM.

Il est peut-être temps de rappeler aux plus jeunes des lecteurs d’UDE à quoi ressemblait la coupe UEFA à cette époque.

De deux à quatre clubs de chaque championnat sont qualifiés. Pour la France, cela se fait au classement du championnat : la coupe de la ligue n’existe pas, il n’y a qu’un seul qualifié pour la coupe des champions et le vainqueur de la coupe de France fait la C2.
Les matchs se jouent en aller-retour, avec bien sûr tirage au sort intégral et absence de têtes de série. Même la finale donne lieu à deux rencontres.

Quand au paysage footballistique de l’époque, il est très différent. Les noms des adversaires européens sont certes moins ronflants et plus exotiques. Mais il ne faut pas oublier qu’à l’époque, un certain nombre de pays n’existent pas. Avec la Yougoslavie, l’URSS, certaines équipes concentrent des talents qui sont aujourd’hui dillués dans les pays ayant émergés.
N’oublions pas non plus que Bosman n’est pas passé par là : quand vous rencontrez une équipe hongroise par exemple, il y a fort à parier que celle-ci comprenne un grand nombre d’internationaux hongrois. Alors qu’aujourd’hui, ils sont répartis en Europe.

Je ne me risquerais pas de comparer la difficulté entre l’UEFA d’hier et l’Europa League d’aujourd’hui.
Mais les parcours européens avaient alors un parfum particulier : celui de l’aventure et de l’inconnu.
Lançons-nous dans celle du FCSM…
Journalisée

Malonapi
Administrateur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 10763



WWW
« Répondre #3 le: 24 Janvier 2011 à 21:41:33 »

Ah les images panini  , quel amoureux du foot n'a pas entammé un jour un album (sans jamais le compléter) 
Quant à Philippe Anziani, Bernard Genghini et Yannick Stopyra, ils vont encore écrire d'autres pages glorieuses dans leurs carrières respectives après celle qu'il vont débuter à ce moment-là de la saison...
Vraiment sympa ce genre de revival... 
Journalisée

nido
Capitaine mythique
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4376



« Répondre #4 le: 25 Janvier 2011 à 09:47:27 »

On note qu'à l'époque la qualité d'un centre de formation avait un réel impact sur la qualité de l'équipe première... 
Journalisée

FLUCTUAT NEC MERGITUR...
Tom Le Fou
Modérateur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 9124


Allez les Verts !!!


WWW
« Répondre #5 le: 25 Janvier 2011 à 11:27:39 »

Ah, merci de nous faire partager ça.
Tu racontes tellement bien.

@ Malo: j'ai 3 albums panini, dont celui de la saison 81-82, et ils sont tous terminés. 
Journalisée


CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR SUIVRE MA STORY
Sochalyon
Tchao Jean-Guy, et merci!
Légendaire
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5595


Comtois rends toi, nenni ma foi!


WWW
« Répondre #6 le: 25 Janvier 2011 à 11:41:31 »

On note qu'à l'époque la qualité d'un centre de formation avait un réel impact sur la qualité de l'équipe première... 

Ce club n'a d'avenir que dans la formation. Dès qu'il s'en éloigne, il se met en danger.
Cette génération 81 était superbe, mais celle qui suivra en 1988 n'était pas mal non plus dans son genre, qui plus est avec des similitudes troublantes.
Mais tout ceci est une autre histoire!
Journalisée

ironman707
Poussin
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 41


« Répondre #7 le: 28 Janvier 2011 à 16:04:01 »

Super idée Sochalyon !!!

En plus j'y était (mais par sur le terrain, chuis pas aussi vieux que ça ) mais chutt, je ne veux pas gâcher l'effet de ta narration 
Journalisée
Sochalyon
Tchao Jean-Guy, et merci!
Légendaire
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5595


Comtois rends toi, nenni ma foi!


WWW
« Répondre #8 le: 28 Janvier 2011 à 16:18:39 »

Super idée Sochalyon !!!

En plus j'y était (mais par sur le terrain, chuis pas aussi vieux que ça ) mais chutt, je ne veux pas gâcher l'effet de ta narration 

Je n'étais pour ma part pas né, mais j'en ai tellement entendu parler! 

N'hésite pas à me corriger, je rédige sur la base de rares documents et de témoignages qui peuvent parfois être erronés ou peu objectifs.
Journalisée

Sochalyon
Tchao Jean-Guy, et merci!
Légendaire
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5595


Comtois rends toi, nenni ma foi!


WWW
« Répondre #9 le: 04 F?vrier 2011 à 16:41:46 »

Désolé pour le retard à la livraison, je ne désespère pas de publier le premier tour lundi!
Journalisée

behemoth
Sochalien
Joue en CFA
**
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 409



« Répondre #10 le: 04 F?vrier 2011 à 19:20:34 »

Une si belle épopée contée par Sochalyon : What else ? 
Journalisée

Guillaume Peton dans Ballon d'or, Ballon de plomb

Richert-Mathieu-Daf-Flachez-Monsoreau-Pedretti-Lonfat-Isabey-Oruma-Frau-Santos
La grande équipe ....
Sochalyon
Tchao Jean-Guy, et merci!
Légendaire
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5595


Comtois rends toi, nenni ma foi!


WWW
« Répondre #11 le: 08 F?vrier 2011 à 22:06:05 »

Déjà, j'ai le plaisir de vous proposer une petite vidéo du fameux Nantes-Sochaux de 1980 qui décida du titre de champion.

<a href="http://www.youtube.com/v/UC9xyM5EyfA&rel=1" target="_blank">http://www.youtube.com/v/UC9xyM5EyfA&rel=1</a>

A nous les petits Suisses!

De ce savant mélange de fougueuse jeunesse et de vertueuse expérience, l’entraineur René Hauss avait réussi à tirer le maximum.
Tout le monde était conscient de la qualité des garçons issus du centre et de leur bonification sous la houlette de glorieux anciens. Mais personne ne les attendait aussi vite, aussi haut.
A la fin de cette saison, à la vue de cette incroyable seconde place, Hauss ne disait-il pas : La coupe d’Europe vient un an trop tôt pour nous.?
Prédiction qui sous certains aspects se révèlera juste, mais nous aurons l’occasion d’en reparler.

Trop tôt ou pas, le club y est. Et le tirage du 1er tour laisse un coup bizarre. Le Servette de Genève, 3ème du dernier championnat suisse, mais qui avait notamment dominé le tour préliminaire pour échouer à deux petits points du titre.
Sentiment bizarre pourquoi ? Le football suisse à l’époque n’est pas très reluisant : la sélection nationale est portée disparue des compétitions internationales depuis les années 60 et son championnat n’est guère plus reluisant. En bref, le Servette sur le papier ne parait pas présenter un obstacle insurmontable.
Deux éléments contrebalancent cependant cet optimisme béat : les plus observateurs ont déjà noté que ces petits suisses ont sorti deux années auparavant une autre équipe française en coupe d’Europe : Nancy, en C2. Alors même que Nancy avait aussi fait un semblable constat d’avoir à faire à un adversaire à portée.
Et puis, le match retour aura lieu à Genève. Et quand on sait l’importance des buts à l’extérieur, on comprend que les jaunes et bleus n’ont pas intérêt à se manquer au match aller.

Il a lieu le 17 septembre 1980. Au stade Bonal, ancienne version.
Au milieu des usines, un stade ancien, presque vétuste, de 20000 places grand maximum. Un cas tellement particulier que ce terrain au cœur du site Peugeot. Ce qui lui donne un style inimitable mais surtout une impression de désuétude….
Moins de 10 000 personnes ont pris place dans le stade. Le chiffre peut paraître faible vu l’engouement qu’un match européen semble devoir susciter. Mais le supporter local est long à chauffer, surtout pour le club du patron… Et puis, le match est aussi télévisé !

Quoi qu'il en soit, l'Europe va découvrir le maillot floqué du lion!

Sochaux sort d’un début de championnat assez poussif, alors que les Suisses ont perdu leurs deux dernières rencontres : bref, ce sont deux équipes en recherche de repères qui vont s’affronter !

Sochaux va dominer cette première période, multpliant les offensives sans trouver la faille… jusqu’à la 38ème minute où l’ami Jeskowiak reprend de la tête un coup-franc du vieux Revelli.
A 1-0, on peut penser que le plus dur est fait. Hélas, le début de seconde mi-temps montre un FCSM assez apathique face à des Suisses plus entreprenant. On modifie donc le schéma du côté de Sochaux pour faire sortir un attaquant un peu usé, Stopyra, et rentrer Anziani, histoire de poser le pied sur le ballon.
A la 69ème, Genghini est séché dans la surface et obtient un penalty que transforme Ivezic.
2-0, bon résultat. Reste à tenir au retour !

Il a lieu au stade des Charmilles à Genève avec la présence d’une petite délégation de supporters sochaliens, qui ont fait en voiture le court déplacement.
Anziani est préféré à Stopyra alors que le coach suisse tente un coup en présentant un 433 plutôt ambitieux avec deux ailiers très joueurs.
Qui dit tactique offensive dit possibilité de contre pour les adversaires. Et c’est ce qui arrive à la 16ème, moment où Genghini inscrit le premier but de la rencontre sur un mouvement très rapide et une belle ouverture d’Anziani.
Avec ce but à l’extérieur, Le FCSM a pris une superbe option. Les jaunes et bleus dominent d’ailleurs copieusement la mi-temps.

Que se passa-t-il dans les vestiaires ? Les Suisses furent surement remontés comme leurs pendules. Et les Sochaliens : se virent-ils trop beaux ?
Quoi qu’il en soit, la seconde mi-temps fut cauchemardesque : 2 buts encaissés et des dernières minutes de folie, avec un but suisse refusé pour hors-jeu. Du côté de Sochaux, c’est panique à bord, mais les garçons réussirent finalement à tenir la qualification.

Le bilan de ce tour, c’est Stopyra qui le donne. Entré en début de seconde mi-temps à la place de Durkalic, il s’est un peu troué, prenant même un jaune : «  J’ai réagi comme un junior. Lorsque l’arbitre me siffle hors-jeu, j’ai jeté le ballon en touche et il n’a pas apprécié. Il ne restait que 4 minutes à jouer et les Suisses me faisaient un peu peur. J’ai voulu gagner du temps… »

Oui, cette équipe a du talent. Mais pêche par jeunesse et inexpérience. Un handicap bien souvent trop grand pour la Coupe d’Europe…


Journalisée

Sochalyon
Tchao Jean-Guy, et merci!
Légendaire
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5595


Comtois rends toi, nenni ma foi!


WWW
« Répondre #12 le: 02 Mars 2011 à 20:25:14 »

Un petit tour au Portugal...

Le tour suivant va permettre aux sochaliens de sortir un peu de leur périmètre géographique (la Suisse, ce n’est vraiment pas loin !)
Le tirage au sort offre en effet un club portugais aux jaunes et bleus. Le Boavista Porto. Une fois n’est pas coutume, Sochaux recevra à l’aller et devra donc creuser si possible l’écart avant un retour périlleux.


22 octobre 1980, match aller. Le FCSM est amoindri, ce qui deviendra d’ailleurs récurrent cette saison. L’équipe n’est pas taillée pour jouer de front sur deux tableaux… mais elle le fera tout de même, et avec succès ! 15 joueurs dispos du côté de Sochaux, pas plus ! Cela facilite au moins le travail du coach, qui voit ses possibilités réduites : il n’aura pas à tergiverser des heures pour la composition !

Autre problème récurrent : l’absence d’engouement. Bonal n’est certes pas Geoffroy-Guichard, mais on pouvait espérer que l’affiche européenne attirerait les foules dans un stade pouvant contenir 20 000 places (grand maximum cependant) et par là-même créer une ambiance susceptible de faire basculer le match. On est à l’époque dans ce système de rencontres aller-retour à éliminations, propice à la naissance de légendes et dans lequel les supporters peuvent avoir un rôle prépondérant en chauffant à blanc le stade.
C’est raté pour cette fois-ci : 8 000 personnes à peine, dont une partie de la diaspora portugaise locale venue pour l’autre équipe. On repassera pour l’ambiance de folie !

S’il n’y eut pas folie dans les tribunes, le match fut pour sa part plus animé et les jeunes lionceaux firent preuve d’une belle capacité à se révolter.
Menés 1-0 dès la 25ème, ils ne subirent pas le coup au moral pouvant parfois déstabiliser une équipe, se ruant au contraire à l’assaut des cages adverses. Dès la 33ème, Genghini sur une remise de Bonnevay remettait les pendules à l’heure.
A la mi-temps, 1-1 donc. Score plutôt ennuyeux, à cause de ce but à l’extérieur. Et l’étrange sentiment d’une équipe à réaction plutôt que capable de poser son jeu.
Le coach Hauss tente un coup : sortie d’Anziani, décevant, pour Stopyra. L’équipe attaque sur les chapeaux de roue et prend l’avantage via Revelli à la 57ème. Cela ne durera pas longtemps, les Portugais égalisant rapidement.
La fin du match sera surprenante, les Sochaliens poussant mais se montrant maladroit, alors que la défense jaune et bleue montera des signes de faiblesse qui auraient pu transformer ce résultat négatif en catastrophe !
2-2, score final. Verre à moitié plein ou à moitié vide ? 2 buts encaissés à la maison, c’est dur. Mais une simple victoire au retour suffira.

Je ne résiste pas à vous livrer la réaction du coach Sochalien tel que relevé par le journaliste de l’AFP. Répondant à une question un peu légère, il s’emporte : «  Vous avez bonne mine vous, le cul dans la tribune de presse, avec votre stylo. Qu’est ce que vous voulez que je vous dise ? Allez leur demander pourquoi ils ont joué comme ça ce soir, allez-y ! Eux pourront vous répondre ! »


Pas content l’entraineur : ni des journalistes, ni des garçons qui l’ont déçu.

Un très léger hors-sujet pour vous signaler que le mythique entraineur René Hauss est décédé en décembre 2010...

Le match retour est disputé dans un cadre particulier. Le stade de Boavista est assez vétuste et ne dispose pas d’éclairage. On jouera donc à 14h, avec le soleil au zénith (on est en novembre, cela peut encre aller !)
Surprise aussi à la composition des équipes. Le vieux renard Hauss tente un coup : un 343 dont Bezaz fait les frais. Son but :perturber l’adversaire en pressant haut. La ligne de récupération doit être la plus proche possible du camp portugais.

Et cela marche. Les Portugais sont incapables de franchir ce rideau et Rust passe une mi-temps assez tranquille… tout comme son homologue, hélas.
0-0 et le sentiment que le FCSM n’arrive pas à mettre le grain de folie nécessaire à ce genre de match européen.
La deuxième mi-temps sera de même facture jusqu’à la 75ème et le but de Durkalic sur un service de Revelli. Un but assez chanceux, plutôt cafouilli, mais qui sera suffisant!
 L’équipe fera le dos rond et tiendra ce score qualificatif.
<a href="http://www.youtube.com/v/4NuoDYXm_eg&rel=1" target="_blank">http://www.youtube.com/v/4NuoDYXm_eg&rel=1</a>

Un coup de génie du coach, une équipe un peu stressée mais concentrée, une fin de match de folie : le parfum européen pour les jaunes et bleus, qualifiés pour le tour suivant !
Journalisée

ironman707
Poussin
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 41


« Répondre #13 le: 09 Mars 2011 à 16:32:15 »

hahhhhhhhhaaaaaaaa !

Que c'est bon de revivre ces moments là !

 thx Socha, je revis  love2
Journalisée
nido
Capitaine mythique
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4376



« Répondre #14 le: 10 Mars 2011 à 09:48:58 »

La suite, la suite !!! ............. 
Journalisée

FLUCTUAT NEC MERGITUR...
Sochalyon
Tchao Jean-Guy, et merci!
Légendaire
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5595


Comtois rends toi, nenni ma foi!


WWW
« Répondre #15 le: 10 Mars 2011 à 11:02:30 »

La suite, la suite !!! ............. 

J'y travaille! Le suivant est mon favori. Plus épique, tu meurs!
Journalisée

Sochalyon
Tchao Jean-Guy, et merci!
Légendaire
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5595


Comtois rends toi, nenni ma foi!


WWW
« Répondre #16 le: 12 Avril 2011 à 13:24:55 »

Beaucoup de mal à trouver du temps pour ce projet; mais il n'est pas perdu de vue!
Journalisée

MrBrrrou
Poussin
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 1


« Répondre #17 le: 04 Juillet 2011 à 11:51:35 »

Pour l'intégral des matchs de l'époque 80/81 de Sochaux, c'est ici :
<a href="http://www.youtube.com/p/D2348D4453B3F71D&rel=1" target="_blank">http://www.youtube.com/p/D2348D4453B3F71D&rel=1</a>

Et pour ceux qui veulent juste revoir quelques matchs de la saison 1979/1980, c'est là :
<a href="http://www.youtube.com/p/F122AB9FDDE593BA&rel=1" target="_blank">http://www.youtube.com/p/F122AB9FDDE593BA&rel=1</a>
Journalisée
Sochalyon
Tchao Jean-Guy, et merci!
Légendaire
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5595


Comtois rends toi, nenni ma foi!


WWW
« Répondre #18 le: 04 Juillet 2011 à 19:42:09 »

Tiens, mon fournisseur officiel de vidéo vient de passer par-là... 
Journalisée

Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

Plan du site et du forum - Consultez la charte UDE

logo_o2switch_grey_150.png

Recherche personnalisée
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines

XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide ! Skin UDE réalisé par Sparcool
Page générée en 0.104 secondes avec 21 requêtes.

-